JMJ Madrid 2011 – Journée du vendredi 19 août

Journée du Pardon et Chemin de Croix pour notre dernière journée de témoignages au Retiro.


C’est devant l’épure de  l’enfilade des 200 confessionaux éphémères – à l’esthétique digne du Muséo reina Sofia – que nous avons, Philippe et moi-même, rassemblé au pied levé notre dernière, et toute aussi éphémère, assemblée de jeunes. Nous rejoignait alors le groupe de ma pétilante Mathilde Rambaud, venue avec le père Emmnuel d’Aubigné, ainsi qu’un charmant groupe de jeunes scouts d’Europe, rapidement et étonnamment pris dans la toile d’araignée-du-désert des propos iconoclastes de Philippe…

Philippe captivant un nouvel auditoire de jeunes rassemblés par la Prvidence.

Pour Frigide, la qualité remplace la quantité

Le matin-même, à la recherche de pass pour les 2 jours suivant aux Quatro-Vientos, nous atterrissions Philippe et moi dans la paroisse Santa Catalina Labouré qui hébergeait le diocèse de Fréjus-Toulon. De pass, point mais  une joie intense de tomber sur son intrépide évêque, notre père et protecteur en évangélisation incongrue,  Mgr Dominique Rey : il nous bénit sur le champs, visiblement ravi de voir notre couple improbable aux hommes et agréable à Dieu aussi actif et motivé.

Festival du Pardon

Quelle joie ineffable de recevoir le Pardon de Dieu !

Profitant de l’annonce de l’archevêque de Madrid absolvant l’avortement en confessions, ce qui provoqua les précisions des canonistes émérites ci-dessous (Tout cas de levée d’excommunication « latae sententiae » n’est pas forcément « réservé au Saint Siège ». L’évêque diocésain a le pouvoir de lever une excommunikation suite à un avortement. Et il peut aussi déléguer ce pouvoir à un ou plusieurs prêtres dans son diocèse, en vertu de son pouvoir de gouvernement. Merci. » Nicolas est en Retard, » Les prêtres ont TOUJOURS pu absoudre l’avortement! Depuis quand y-a-t-il un crime non pardonnable pour le pécheur repenti? La différence est qu’ils ne pouvaient pas retirer l’excommunication « latea sententia » lié à cet avortement, qui est la prérogative de l’évêque. Pardonné, mais pas réintégré donc. Pour la durée des  JMJ les prêtres ont pu le faire, c’est à dire non seulement pardonner mais encore réintégrer dans l’Église. » Vianney ), j’insistais auprès de notre auditoire sur la nécessité absolue de se confesser aujourd’hui-même comme régulièrement avant la communion, pour honorer ainsi l’immense miséricorde de Dieu et la grande bienveillance de l’Eglise : elle offrait cette occasion exceptionnelle à toute une génération de se réconcilier durablement et pleinement avec le Christ. « Allez vous réconcilier, allez demander le pardon de Dieu, encore et encore. Il ne saurait vous le refuser, en cette fête des JMJ, même pour des cas gravissimes. Chaque fois votre âme se rapproche un peu plus de Lui, et avec elle rénovée par Lui, vous progressez dans la sainteté », leur disais-je. Je ne savais pas à quel point mes paroles Barjot faisaient écho à celles du Pape apologétique  : « … la plénitude de la vie demeure déjà en vous. Faites-la grandir à l’aide de la grâce divine, généreusement et sans médiocrité, visant sérieusement l’objectif de la sainteté. Et, face à nos faiblesses, qui parfois nous écrasent, comptons également sur la miséricorde du Seigneur, qui est toujours prêt à nous tenir de nouveau la main et qui nous offre son pardon à travers le sacrement de la Pénitence.«  Benoît XVI, Plaza de Cibeles, 18/08/2011

Alors moi-même, je finissais la journée le long des haies du Retiro, entre  une poubelle débordante et deux joggers haletants, dans les bras d’un jeune padre – il était déjà tard et les ailes blanches des confessionaux étaient déjà closes. En me donnant l’absolution, le padre Raphaël me donnait aussi la joie ineffable du pardon de Dieu, doublée de celle de recevoir bientôt l’indulgence plénière accordée par le Pape à tous ceux qui  venaient ici remettre leurs péchés entre les mains de Dieu, et obtenir cette grâce inouïe de partir vers Dieu l’âme remise à zéro,   en communion absolue avec le Christ, et en groupe joyeux ouverts aux Quatre-Vents…

Mon Père, je m'abandonne à Toi…

… j'en pleure de joies…

… et avance au large !

Après de longues larmes  de reconnaissance pour le soulagement inouï que me procuraient ces moments d’intimité et de vérité intenses avec mon Créateur, et un moment de prière au bord du lac, je  me dirigeai vers la foule massée autour d’un écran géant. Le Pape y finissait de méditer le Chemin de Croix, en nous rappelant que le pardon sans les actes ne vaut pas grand chose :

Une fanfare de jeunes allemands interprètent "We are the Champions" (Queen) entre les Confessions et le chemin de Croix …

Recueillement pendant le Chemin de Croix

Les nourritures terrestres espagnoles sont aussi nécessaires aux pélerins.

Publicités

JMJ Madrid 2011 – Journée du 18 août

Une troupe de jeunes scouts écoute le témoignage de Frigide Barjot, alors que d'autres jeunes rejoignirent.

 Des témoignages, encore et toujours, devant une troupe de scouts et plusieurs jeunes cet après-midi, dans le Parc del Buen Retiro, en bordure de la place de Cibeles, où, plus tard, en fin d’après-midi, la foule se massera pour accueillir Benoît XVI. Pour son arrivée, l’homme en blanc nous a invitera à « prendre la main du Christ », pour viser « l’objectif de la sainteté », nous exhortant à « construire la civilisation de l’amour ». S’adressant aux francophones, le pape les a aussi encouragés à s’élever « jusqu’à la source éternelle » et à connaître le protagoniste absolu de ces Journées Mondiales et de nos vies : le Christ Seigneur.

Auparavant dans l’avion, le Saint Père rejoignait les Indignados, qui devraient l’être un peu moins, en rappelant encore et toujours que l’« homme doit être au centre de l’économie« .

Ce vendredi Festival du Pardon au Retiro, avec cette bombe lâchée par l’archevêque de Madrid : les prêtres pourront absoudre l’avortement ! Tous au confessional, donc!

Les grilles du Parc del Retiro, donnant sur la place de Cibeles.

Philippe et Frigide, recueillis sur une poubelle pendant la cérémonie d'ouverture


JMJ Madrid 2011 – Journée du 17 août

Frigide Barjot, Philippe Ariño et les jeunes du diocèse d'Aix en Provence

Premier jour de nos témoignages sauvages à Madrid : les jeunes répondent présents au-delà de nos espérances ! 

À 17h, une premier groupe venu du diocèse d’Aix-en-Provence, sollicité par Philippe Ariño à l’église Saint-Louis des Français, nous rejoignait au parque del Buen Retiro.  Mon binôme leur ouvrait des perspectives jusqu’alors inconnues sur la compatibilité d’une pleine vie catholique en Eglise  et d’une nature  homosexuelle assumée. Il résout avec courage cette apparente et générale incompréhension par une pratique de vie laïque et affective cohérente avec l’amour du Christ : la continence. J’ajoute qu’elle  concerne toutes les personnes célibataires, et pas que mes amis homos ! Quant à moi, j’exhortais les jeunes à s’assumer, eux-aussi, dans leur état de vie laïque au milieu de leurs contemporains; et donc à témoigner en actes de leur foi catholique, comme le demande saint Pierre, dans l’amour et le respect.

À 20h, nous organisions un deuxième temps de témoignage avec cette fois-ci de jeunes bretonnes de l’Opus Dei (Club Guerlédan) venues de Rennes sous la houlette de Laetitia, elle-même rencontrée lors de ma dernière dédicace à… Saint-Tropez! Un groupe de parisiens du 15ème, emmené par la père Pierre Vivarès s’est alors greffé à notre mini think tank sur la pelouse du parc. La nuit tombait doucement dans une belle chaleur de plus de 35°, n’atteignant pour autant pas celle de l’enthousiasme de notre débat. Celui-ci ne s’apaisera que tardivement autour de cervezas y  emparedados sur  la plaza Independencia.

Philippe Ariño & Frigide Barjot

Demain, on remet ça à 15h30 au Retiro avec tous ceux qui le veulent. Et nous irons accueillir le Saint-Père en fin de journée plaza des Cibeles, pour la suite de notre movida de Jésus!

Frigide Barjot, Philippe Ariño et les jeunes du diocèse d'Aix en Provence

Frigide Barjot parle au bretonnes du club Guerlédan

Frigide Barjot, Philippe Ariño, le club Guerlédan et les jeunes d'une paroisse parisienne

Lætitia du club Guerlédan a tenu sa promesse tropézienne de nous revoir en nombre à Madrid

Philippe Ariño témoigne

Ambiance


JMJ Madrid 2011 – 17 août 2011

1er jour

– Arrivée dans le métro madrilain devant Benoît XVI, première conférence avec Philippe Ariño à 17h à Saint Louis des Français, enchaînement à 20h devant les jeunes de Guerledan au Parc Del Retiro

Frigide Barjot & Philippe Ariño – Arrivée à Madrid

Frigide Barjot - Arrivée à Madrid


Vamos al Día Internacional de la Juventud ! [JMJ, Madrid] – 16 août 2011

Paroles et Prières, août 2011 paroleetpriere.fr

Cliquer sur l’image pour lire l’article